J.ACCR VOLUME 42 (2017)

Practical Electrochemistry for Conservators and Conservation Scientists: Part I – The Basics of Potential Measurement

Lyndsie Selwyn, W. Ross McKinnon

Les techniques électrochimiques servent en conservation pour identifier des métaux ou des produits de corrosion ou encore pour surveiller ou traiter des objets métalliques. Bien qu’il existe un grand nombre de rapports publiés sur ces techniques, il est difficile de trouver de l’information pratique lorsqu’on veut commencer à les utiliser. Cet article fournit quelques renseignements à ce sujet à propos d’une importante application de ces techniques, soit la mesure du potentiel de corrosion (le potentiel d’un objet submergé dans un électrolyte liquide par rapport à une électrode de référence). L’article traite notamment des cellules électrochimiques, des multimètres, de la connexion électrique aux objets, des électrolytes et, plus particulièrement, des électrodes de référence (types courants d’électrodes de référence, comment les utiliser, les protéger, les entretenir et régler les problèmes). L’article présente des exemples de mesure du potentiel de corrosion et de l’utilisation des diagrammes de Pourbaix.

Télécharger: JACCR42 Selwyn & McKinnon I

J.ACCR VOLUME 42 (2017)

Practical Electrochemistry for Conservators and Conservation Scientists: Part II – Characterizing and Treating Corroded Metals

Lyndsie Selwyn, W. Ross McKinnon

Les techniques électrochimiques peuvent servir à caractériser la corrosion d’un objet métallique et à réduire celle-ci en un composé différent ou à l’état métallique. Ces techniques reposent sur la circulation d’un courant électrique et sont plus complexes que la mesure d’un potentiel entre un objet et une électrode de référence dans une cellule à deux électrodes. L’article fournit de l’information sur les techniques impliquant la circulation d’un courant, y compris le choix d’une troisième électrode (électrode auxiliaire) et l’équipement supplémentaire nécessaire (bloc d’alimentation ou potentiostat). Il présente également des exemples de méthodes faisant varier le potentiel (potentiodynamique), maintenant le potentiel constant (potentiostatique) ou maintenant le courant constant (galvanostatique). Il traite des aspects suivants : la détermination des caractéristiques associées à la réduction d’oxygène, la mise en correspondance des pics dans les balayages potentiodynamiques avec des composés particuliers dans la corrosion, le choix du potentiel pour le traitement d’un objet, et l’estimation de la quantité de corrosion sur un objet ou un échantillon d’essai.

Télécharger: JACCR42 Selwyn & McKinnon II

J.ACCR VOLUME 42 (2017)

The Treatment of a Catharine Parr Traill Botanical Album

Christine McNair

Un traitement a été entrepris à l’Institut canadien de conservation pour restaurer un herbier de la collection du Peterborough Museum and Archives, compilé par Catharine Parr Traill. Les spécimens botaniques, dont beaucoup se sont détachés, étaient vulnérables aux dommages de nature mécanique en raison de la rigidité de la reliure. Après consultation avec les restaurateurs du Musée canadien de la nature, une méthode de traitement a été mise au point pour refixer les spécimens détachés au moyen de papier Japon recouvert d’adhésif, découpé en micro-bandes et réactivé au moyen d’un solvant. Ces micro-bandes n’ont presque pas nui au mouvement des pages du livre et étaient comparables aux méthodes utilisées dans les herbiers. Les bandes sont facilement réversibles et nécessitent un minimum d’humidité et d’adhésif. Certaines parties des spécimens ont été légèrement collées à l’aide de méthylcellulose. La structure de la reliure elle-même a été modifiée par l’ajout d’un dos creux moulé afin d’améliorer l’ouverture du volume et d’éviter d’autres dommages mécaniques.

Télécharger: JACCR42 McNair

J.ACCR VOLUME 41 (2016)

Characterization of Artificial Stone Used for Outdoor Monuments and Sculptures in Quebec

Dominique Duguay, Jane Sirois, Melanie Raby, Isabelle Paradis,

La pierre artificielle est utilisée dans les sculptures et les détails architecturaux au Québec et beaucoup de ces monuments sont maintenant dégradés. Au cours de cette collaboration entre l’Institut canadien de conservation et le Centre de conservation du Québec, 16 échantillons ont été prélevés de 12 sculptures de plusieurs régions du Québec et ceux-ci ont été analysés en utilisant plusieurs méthodes : microscopie optique, microscopie électronique à balayage couplée à la spectrométrie des rayons X, pétrographie de lames minces et diffraction des rayons X. Quelques aspects de l’analyse, tels que la confirmation de la présence de clinker, présentaient un défi puisque les tailles d’échantillons sont restreintes en conservation. Les résultats indiquent que plus de la moitié des sculptures étaient composées d’une pierre artificielle à base de ciment hydraulique. Les autres sculptures étaient composées d’une variété de matériaux à base de pierre Coade, de dolomite, de gypse, ou à base de chaux. Cette recherche donne un aperçu de certains types de pierre artificielle utilisés au Québec et guidera les restaurateurs dans le choix des traitements appropriés pour ces œuvres grâce à une meilleure connaissance des matériaux et de leur identification.

Télécharger: JACCR41 Duguay et al

J.ACCR VOLUME 41 (2016)

Shredded Cedar Bark: A Survey of Past Treatments

Sonia Kata, Carole Dignard

Cet article présente un réexamen de traitements (incluant le choix de non-intervention) pour l’écorce de cèdre déchiquetée qui ont été effectués il y a environ 30 ans au Musée canadien de l’histoire (MCH) ou à l’Institut canadien de conservation (ICC). Seize objets ayant ce type d’écorce comme élément décoratif ont été examinés : deux masques du centre culturel autochtone U’mista (U’mista Cultural Centre) et quatorze objets semblables de la collection du MCH. L’état de l’écorce, son aspect visuel, son pH et sa teneur en fer ont été évalués. Quatre types de traitements ont été recensés : 1) la consolidation avec adhésif; 2) l’application localisée de renforts en papier à l’aide d’adhésif; 3) l’application de fils de renforts, avec ou sans adhésif; et 4) la non-intervention, parfois avec installation sur un support. La consolidation au Parylène (ou poly-paraxylylènes) a également été évaluée parce que l’ICC avait traité des échantillons d’écorce de cèdre de cette façon il y a plusieurs années et les avait conservés en vue d’un tel réexamen. Chaque approche de traitement offrait des avantages et des inconvénients. La teneur en fer s’est avérée un indicateur important de l’état de l’écorce. L’article présente aussi une revue de la littérature portant sur l’écorce de cèdre déchiquetée et ciblant ses propriétés, les processus de fabrication et les interventions en conservation-restauration.

Télécharger: JACCR41 Kata & Dignard

J.ACCR VOLUME 41 (2016)

Note technique : supports de fixation magnétiques pour objets en tissu et en cuir dans le cadre d’une exposition itinérante 

Amanda Harding

La présente note décrit une méthode de fabrication de supports de fixation magnétiques à l’aide d’aimants à base de terres rares, pour trois objets dans le cadre d’une exposition itinérante. On trouve, parmi les objets en tissu et en cuir, un sac à feu original orné de perles, ainsi que deux reproductions : des moufles en cuir et des jarretières. L’efficacité des supports de fixation magnétiques des moufles et des jarretières a été démontrée, mais celle du sac à feu s’est révélée déficiente dans un contexte particulier.

Télécharger: JACCR41 Harding

J.ACCR VOLUME 40 (2015)

Characterization of Varnishes on Nineteenth-Century Canadian Furniture

Elizabeth Moffatt, Amanda Salmon, Jennifer Poulin, Alastair Fox, James Hay

Une étude a été menée par l’Institut canadien de conservation, consistant à identifier les vernis originaux d’une sélection de meubles en bois fabriqués au Canada, dans le but de vérifier les hypothèses émises concernant la nature des vernis les plus couramment appliqués sur ce type de meuble et pour mieux comprendre les techniques de vernissage utilisées par les ébénistes canadiens. L’étude s’est particulièrement intéressée à des objets fabriqués en Ontario et au Nouveau-Brunswick, essentiellement au XIXe siècle. L’analyse d’échantillons de vernis prélevés sur 21 meubles a permis de déterminer leur composition. Seuls des objets dont la provenance est fiable et dont le vernis avait été déterminé comme étant d’origine ont été sélectionnés. L’analyse des vernis a été effectuée par spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier et par pyrolyse–chromatographie en phase gazeuse–spectrométrie de masse. Les résultats analytiques montrent que les vernis à l’huile siccative mélangés à de la résine de Pinaceae et, souvent, à des résines de copal importées étaient plus souvent utilisés que la gomme-laque au Canada, et ce au moins jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Télécharger: JACCR40 Moffatt et al

J.ACCR VOLUME 40 (2015)

Early Twentieth-Century Artists’ Paints in Toronto: Archival and Material Evidence

Kate Helwig, Elizabeth Moffatt, Marie-Claude Corbeil, Dominique Duguay

L’étude de documents d’archives et l’analyse de peintures historiques provenant de la boîte de peinture de Kathleen Munn et d’un livre d’échantillons de la compagnie Winsor & Newton ont fourni de l’information au sujet des peintures pour artiste disponibles à Toronto au cours des premières décennies du XXe siècle. L’étude des documents et l’analyse des matériaux ont révélé que la peinture blanche à base de sulfate de plomb et de blanc de zinc régulièrement utilisée par Tom Thomson et les membres du Groupe des Sept était le produit « New Flake White » de la marque Cambridge Colours. L’analyse a également mis en évidence l’utilisation fréquente d’hydromagnésite (carbonate hydroxyde de magnésium) dans les peintures provenant de la compagnie Winsor & Newton. Cette matière de charge, qui a été identifiée dans plusieurs œuvres réalisées par des peintres canadiens datant du début du XXe siècle, est caractéristique des peintures de Winsor & Newton et n’est pas présente dans les peintures de Cambridge Colours. L’information obtenue met en contexte la recherche précédente sur les matériaux pour artiste de Tom Thomson et servira également lors d’études scientifiques à venir concernant des peintres qui étaient actifs à Toronto durant cette période, y compris les artistes du Groupe des Sept.

Télécharger: JACCR40 Helwig et al

J.ACCR VOLUME 40 (2015)

Slugs as Potential Pests of Paper

Viktoria Korytnianska

Un cas de dommage par des limaces sur des objets de papier est présenté dans ce rapport. Des limaces ont été trouvées dans le sous-sol du Centre national de recherche en restauration de l’Ukraine à Odessa. La pièce affectée semblait avoir des conditions environnementales intérieures optimales. Cependant, après un examen plus approfondi, il a été constaté que les limaces ont occupé une zone de microclimat où une grande quantité de condensation a été observée sur les conduites d’eau froide. Les limaces ont endommagé des journaux, des livres à couverture souple et des enveloppes de papier contenant des photographies. Il semble qu’ils aient mangé du papier souillé de nourriture, d’huile et autres contaminants en l’absence de leurs sources habituelles de nourriture. Les dommages produits par les limaces comprennent des lacunes et autres pertes dans les objets de papier ainsi que de la contamination par du mucus et des excréments. Compte tenu de cela, nous pouvons conclure que les limaces sont des ravageurs potentiels d’œuvres d’art sur papier qui sont stockés dans les sous-sols humides et des rez-de-chaussée.

Télécharger: JACCR40 Korytnianska