Ateliers du congrès

Fabrication de boîtes de protection sur mesure et boîtes “drop spine”

Mardi 5 mai et mercredi 6 mai 2020; 9h à 17h

Bibliothèque Mills Memorial, l’Université McMaster 

1280 rue Main Ouest, Hamilton, ON

Cet atelier de deux jours se concentrera sur les contenants protecteurs utilisés principalement pour les collections de bibliothèques et d’archives, toutefois les compétences utilisées peuvent être appliquées à d’autres types d’objets.

Le travail pratique inclura la réalisation d’une boîte “drop spine” recouverte de toile, ainsi qu’une boîte à clapet en carton ondulé. Les participants auront l’option d’apporter deux petits objets de moins de 150mm pour lesquels les boîtes sur mesure pourront être fabriquées.

L’atelier sera axé sur les techniques de prise de mesures et habiletés manuelles, tout en démontrant la variété de styles de contenants disponibles, des simples boîtiers en carton et supports pour les blocs de feuillets aux constructions complexes à couvertures rigides recouvertes de toile. Une visite de deux heures de la collection de livres rares et des méthodes d’emballage de l’Université McMaster sera incluse.

Cet atelier sera présenté en anglais.  

Animatrice de l’atelier: Tiffany Eng Moore 

Tiffany est une restauratrice de livres et de documents archivistiques à Ottawa au Canada et dirige TEM Book & Paper Conservation. Auparavant, elle a occupé des postes à la York Explore Library and Archives (Royaume-Uni) et aux House of Lords Parliamentary Archives à Londres (Royaume-Uni), et a complété des bourses en conservation-restauration des livres à l’Institut canadien de conservation (Canada) et au laboratoire de conservation de l’Université de l’Iowa (États-Unis). Elle est diplômée du Collège West Dean avec une maîtrise en conservation-restauration de livres et matériels de bibliothèque en 2015. Tiffany a enseigné des cours de fabrication de boîtes au London Centre for Book Arts et pour la Canadian Bookbinders and Book Artists’ Guild au Canada, et a travaillé comme restauratrice indépendante au Royaume-Uni et au Canada. Son sujet de recherche actuel porte sur l’utilisation du prélèvement bioluminescent rapide ATP/AMP pour le patrimoine culturel. Durant son temps libre, elle aime faire l’élevage de licornes et réaliser toutes sortes de projets d’artisanat et de bricolage.

Pour davantage d’informations sur les ateliers, incluant les horaires provisoires, veuillez contacter: conference@cac-accr.ca.

Hazmuse: Gestion des risques pour les collections culturelles 

Mardi 5 mai et mercredi 6 mai 2020; 9h à 17h 

Hôtel Sheraton Hamilton, Salle Charlton  

116 rue King Ouest, Hamilton, ON

**Matériel supplémentaire en ligne: Cours d’introduction sur les risques pour des collections culturelles 

Avril 2020: Date et heure à déterminer 

Durant cet atelier de deux jours, les participants recevront une formation sur les stratégies de gestion des risques pour les collections, comprendront leurs responsabilités dans leur milieu de travail, et recevront des outils et des modèles concrets pour appliquer leurs acquis dans leurs propres établissements. L’accent sera mis sur les éléments fondamentaux de l’identification des matières dangereuses dans les collections et sur la préparation de leurs propres systèmes de gestion des risques dans un environnement collaboratif axé sur la résolution de problèmes.

Cet atelier est ouvert aux conservateurs-restaurateurs, aux spécialistes de la conservation et aux gestionnaires de la conservation-restauration de tous niveaux d’expérience. Les spécialistes et les gestionnaires des collections sont invités à se joindre à cet atelier, mais les notions de base de la conservation-restauration ne seront pas abordées. Les types de risques abordés dans cet atelier sont ceux que l’on trouve couramment pour les objets tridimensionnels.

Les participants devront apporter un ordinateur portable ou une tablette avec capacité WIFI.

Cet atelier sera présenté en anglais.

* Veuillez noter que cet atelier fournit des stratégies pratiques, mais qu’il n’est pas associé à l’Association canadienne des hygiénistes industriels, et qu’il n’a pas été examiné ou approuvé par un hygiéniste industriel.

**Matériel supplémentaire en ligne: Cours d’introduction sur les risques pour des collections culturelles  (Avril 2020)

Les participants se joindront aux instructeurs de l’atelier et aux conférenciers invités pour une introduction en direct de deux heures en ligne. Elle portera sur des sujets préliminaires tels que l’importance de reconnaître, d’identifier et de gérer les dangers pour une collection; un aperçus des risques communs et inhabituels pour une collection à l’aide d’exemples provenant de la collection Ingenium; et des exemples d’ÉPI communs.

Les participants seront encouragés à parcourir leur collection après cette introduction en ligne et à réfléchir à des sujets, à des enjeux ou à des risques qu’ils aimeraient discuter ou résoudre avec le groupe durant l’atelier.

 Animatrices de l’atelier: Jessica Lafrance-Hwang et Erin Secord, Ingenium: Musées des sciences et de l’innovation du Canada

Jessica Lafrance-Hwang est restauratrice à Ingenium: Musées des sciences et de l’innovation du Canada, où elle est spécialisée dans le traitement et la préservation d’objets technologiques, industriels et scientifiques, ainsi que des matériaux de collections dangereux et modernes. Elle est diplômée de l’Université Queen’s (Master of Art Conservation, 2013), de l’Université Cardiff (Bsc Conservation of Objects in Museums and Archaeology, 2007) et du Collège Algonquin (Applied Museum Studies, 2005). Avant d’intégrer Ingenium, elle avait travaillé avec Parcs Canada, The Henry Ford, l’Institut canadien de conservation, le projet de réhabilitation de l’édifice de l’Ouest et en pratique privée. À l’heure actuelle, le département de la conservation-restauration d’Ingenium se concentre sur le transfert total de la collection vers le nouveau Centre de conservation des collections, y compris la gestion des risques pour les collections, et la mise à jour des politiques et des normes de conservation et de préservation des collections pour l’organisation.

Erin Secord est gestionnaire des Services de conservation pour Ingenium : Musées des sciences et de l’innovation du Canada. Elle a intégré Ingenium à titre de restauratrice en 2009, après avoir travaillé au Mariners’ Museum en Virginie et aux Archives provinciales de l’Alberta. Erin gère une équipe de restaurateurs et de spécialistes qui s’occupent de la collection d’artefacts technologiques, scientifiques, aéronautiques et agricoles d’Ingenium. Elle a beaucoup travaillé au redémarrage du Musée des sciences et de la technologie du Canada en 2017 et prépare actuellement la collection d’Ingenium pour son transfert dans de nouvelles réserves. Erin possède une expertise en instruments technologiques et scientifiques historiques, en gestion d’artefacts dangereux et en modélisation laser 3D. Elle est titulaire d’un Bachelor’s of Science in Conservation of Object in Museum of Archaeology de l’Université Cardiff et d’un Bachelor’s of Applied Science in Mechanical and Materials Engineering de l’Université Queen’s.  Erin habite à Ottawa en Ontario.

Pour davantage d’informations sur les ateliers, incluant les horaires provisoires, veuillez contacter: conference@cac-accr.ca.

Soin des métaux : art public et métaux modernes

Mardi 5 mai et mercredi 6 mai 2020; Heure à déterminer 

Galerie d’art de Hamilton

123 rue King Ouest, Hamilton, ON

Cet atelier de deux jours offrira un survol des métaux et de la corrosion, en mettant l’accent sur les matériaux généralement utilisés en plein-air (art public, architecture, monuments, plaques, etc.). De l’information sur les caractéristiques chimiques et physiques des métaux, des astuces pour leur identification, ainsi que les lignes directrices pour leur conservation y seront présentés. 

L’information sera communiquée par le biais d’une combinaison de présentations didactiques, de discussions et d’activités pratiques. Une visite d’un jardin de sculpture est également prévue. Les participants sont invités à venir avec leurs questions et une chemise ou un sarreau. 

Ouvert à tous, cet atelier vise les personnes impliquées dans la conservation des objets tridimensionnels en métal ayant déjà les connaissances de la conservation-restauration, mais peu d’expérience avec les métaux modernes ou situés en plein-air. 

Animatrice de l’atelier: Monique Benoit

Monique détient un baccalauréat en biologie de l’Université de Regina et une maîtrise en conservation des œuvres d’art avec spécialisation en objets de l’Université Queen’s.

Pendant ses études, Monique a obtenu une bourse pour étudier la conservation des métaux et la métallurgie du Metal Conservation Summer Institute de Worcester, au Massachusetts. Plus tard, elle a reçu une bourse d’études supérieures pour faire un stage en conservation des métaux au Musée d’art et d’histoire de Genève, en Suisse, où elle a travaillé sur des pièces d’époque : pièces en argent, pièces en émail, armes et armures.

Avant de se joindre à l’ICC, Monique a été pendant sept ans la seule restauratrice de métaux au Centre de conservation du Québec. Elle a aussi pratiqué dans le privé pendant une courte période et a passé plus de quatre ans au laboratoire de conservation du Royal Saskatchewan Museum.

Monique est à l’ICC depuis 2016. Elle élabore actuellement des projets de recherche en traitement des matériaux modernes, comme l’acier inoxydable et l’acier patinable, et étudie l’utilisation de glace sèche sur les métaux.

Pour davantage d’informations sur les ateliers, incluant les horaires provisoires, veuillez contacter: conference@cac-accr.ca.

Atelier inaugural du Groupe de travail sur la réconciliation

Mardi le 5 mai 2020; 9h30 – 16h30

Native Women’s Centre, Hamilton, ON

Cet atelier d’une journée servira de lancement officiel pour les travaux du Groupe de travail sur la réconciliation (GTR) de l’ACCR.

L’atelier commencera par un exercice des couvertures Kairos, suivi d’une formation en compétence culturelle qui aidera les participant·es à comprendre l’histoire spécifique des peuples autochtones sur les terres traditionnelles desquels l’atelier et la conférence ont lieu. Les objectifs, la structure et les membres du Groupe de travail sur la réconciliation de l’ACCR seront présentés. Les participant·es assisteront à une table ronde sur le thème: « Ce que nous préservons: réflexions sur les pratiques coloniales en conservation ». La table ronde réunira des expert·es invité·es autochtones et non-autochtones qui discuteront de sujets tels que l’accès aux objets et leur utilisation, les droits de propriété des peuples autochtones, l’incorporation des langues autochtones dans la documentation ainsi que l’inclusion des perspectives autochtones dans la prise de décision en conservation. Ces conservateur·rices, professionnel·les de musée, universitaires, artistes et conseiller·ères culturel·les discuteront de comment l’ACCR peut élargir son mandat pour se conformer à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.

L’atelier sera gratuit pour les membres de l’ACCR. Le lunch sera fournis.

Si vous le pouvez, considérez faire une donation à la campagne GoFundMe du GTR pour supporter le projet et pour nous aider à garder cet atelier gratuit et accessible.

Animateur·rices de l’atelier: Co-président·es du Groupe de travail sur la réconciliation de l’ACCR (qui seront élu·es en janvier 2020)

Le Groupe de travail sur la réconciliation est un projet qui a été proposé par le Comité pour la défense de la conservation et approuvé par le Conseil d’administration de l’ACCR. Au cours des deux prochaines années, le GTR développera une position officielle pour l’ACCR sur les soins des biens autochtones dans les musées, les archives et les collections privées au Canada, y compris en ce qui a trait à la restitution, l’accès des communautés aux collections, et la conservation. Cette position officielle servira de base pour des lignes directrices et des outils qui seront développés pour aider nos membres à travailler de manière plus éthique avec les cultures matérielles autochtones.


Les objectifs généraux du GTR sont doubles: (1) lutter contre les cadres discriminatoires sur lesquels la pratique moderne de la conservation est construite en élargissant nos normes professionnelles pour reconnaître, respecter et inclure les perspectives autochtones en préservation culturelle; et (2) établir un cadre pragmatique et équitable pour la collaboration dans le cadre des soins et de la préservation des cultures matérielles autochtones dans les collections publiques et privées, incluant des directives pratiques pour l’accès aux collections et la facilitation des restitutions ainsi qu’une description des rôles et responsabilités des conservateur·rices quant aux soins des biens et des ancêtres autochtones.